Ça y est la saison 3 de la web série LGBTQIA+ de la RTBF est arrivée : nouveaux personnages, nouvelles intrigues, l’histoire fait un bond et les épisodes se dédoublent en durée.

Il faut dire que petit-à-petit, La théorie du Y a fait son bout de chemin dans la paysage audiovisuel belge et étranger après deux premières saisons saluées par la critique (13 prix en festivals et plus de 4.5 millions de vues). L’attente des fans était donc grande et la pression sur les épaules des réalisateuristes (Martin Landmeters, Caroline Taillet) encore plus grandes.

Alors de quoi ça parle ?

Gaspard, aide-soignant dans une maison de repos, forme un couple fusionnel avec Jo. Sincère avec elle, il ne lui a jamais caché son attirance pour les hommes. Lorsque ce désir refait surface, ils décident de l’explorer ensemble… Si la bisexualité masculine est le thème phare de cette troisième saison, d’autres sujets sont également abordés : l’ouverture de couple (le polyamour), la transidentité, la parentalité pour les couples de lesbiennes (PMA) ou encore la masculinité.

L’excellent Gaspard Rozenwajn est la bonne trouvaille pour le cast de cette troisième saison. Son charisme crève l’écran et son couple incarné par la réalisatrice et scénariste Caroline Taillet est parfait. L’autre excellente trouvaille de cette saison au niveau du cast est celui de Dirk Van Vaerenbergh qui incarne un personnage magnifiquement écrit et parfaitement joué avec douceur, émotion et réalisme. Par contre, j’aurais préféré voir évoluer Lylybeth Merle dans un personnage plus fictionnel que celui de Dame Lylybeth qu’elle incarne déjà sur scène. Cela m’a fait penser à des séquences promos plus qu’à un développement scénaristique.

Quoi qu’il en soit, cette troisième saison est de très haute qualité. Ne boudez pas votre plaisir et surtout partagez-le, propagez-le autour de vous.

Plus d’infos :

Partagez avec vos amis !Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Email this to someone
email