L’événement potins de la soirée était la montée des marches de Marion Cotillard aux côtés de l’acteur Melvin Poupaud et du réalisateur Arnaud Desplechin. Habillée avec une robe très courte, elle est venue défendre le film « Frère et Sœur« , un mélodrame familiale dans lequel le cast (comme le public) n’en sort pas indemne.

Côté projections justement, lors de notre live Insta quotidien avec Nicolas Gilson, nous avons passé en revue 2 films de la compétition officielle et 3 films de la section Un Certain Regard… Au final, on retiendra une bonne surprise pour « Armageddon Time » de James Gray et une déception malgré un film jubilatoire pour « Corsage » de Marie Kreutzer. Le reste, on l’oublie ?

Armageddon Time de James Gray

Armageddon Time est un film très personnel sur la force de la famille et la poursuite générationnelle du rêve américain. on se retrouve au milieu des années 1980. Le quartier du Queens à New York est sous l’hégémonie du promoteur immobilier Fred Trump, père de Donald Trump, le futur président des Etats-Unis. Un adolescent étudie au sein du lycée de Kew-Forest School dont le père Trump siège au conseil d’administration de l’école et dont Donald Trump est un ancien élève.

👉 Compétition officielle

👉 De la vision de Nicolas Gilson, il s’agit ici d’une agréable surprise pour un film qui prend le pour d’une famille américaine et qui nous plonge dans cette histoire avec un très joli casting.

Anne Hathaway – ©Jeremy Jakubowicz Fashion Photographer Cannes Film Festival 2022
Anne Hathaway – ©Jeremy Jakubowicz Fashion Photographer Cannes Film Festival 2022

Eo de Jerzy Skolimowski

Le monde est un lieu mystérieux, surtout vu à travers les yeux d’un animal et l’animal en question est un âne.

👉 Film polonais en compétition officielle

👉 De la vision de Nicolas Gilson, le film ne fonctionne pas car il devrait nous donner à voir à travers l’âne et la réalisation rate cet aspect primordial de l’histoire. c’est une jolie fable mais sans plus.

Corsage de Marie Kreutzer

Noël 1877, Élisabeth d’Autriche (Sissi), fête son 40e anniversaire. Marie Kreutzer brosse le portrait d’une femme qui étouffe dans les conventions et qui tente de se rebeller car elle est avide de savoir et de vie.

👉 Un certain regard

👉 De la vision de Nicolas Gilson il s’agit d’un film jubilatoire avec des séquences dingues et un final époustouflant que l’on pourrait comparer au film « La Femme de Tchaïkovski » de Kirill Serebrennikov. Mais, c’est également un film qui a déçu Nicolas. L’heure et la fatigue d’une longue journée de projection en sont peut-être la raison. Il se laisse une seconde vision pour avoir un avis définitif sur ce film !

Plan 75 de Hayakawa chie

Au Japon, dans un futur proche, le vieillissement de la population s’accélère. Le gouvernement estime qu’à partir d’un certain âge, les seniors deviennent une charge inutile pour la société et met en place le « Plan 75 ». Ce programme propose aux seniors un accompagnement logistique et financier pour mettre fin à leurs jours.

👉 Un certain regard

👉 De la vision de Nicolas Gilson, il s’agit d’un film trop sage qui manque d’énergie. C’est assez plat me confirera-t-il s’attendant à un film de genre. Grosse déception en raison d’attentes sur papier qui ne se sont pas montrées à l’écran.

Harka de Lotfy Nathan

Un événement familial va réveiller au sein du héros du film, Ali, une colère et une révolte. Celle d’une génération qui, plus de dix ans après la révolution, essaie toujours de se faire entendre…

👉 Un certain regard

👉 Co-production franco-luxembourgeoise avec la Tunisie et la Belgique

👉 De la vision de Nicolas Gilson, ce film n’a rien de surprenant. Avec une musique dictarotielle durant tout le film et une voix off qui nous tient par la main, la réalisation ne nous laisse aucune surprise.

Partagez avec vos amis !Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Email this to someone
email