À l’occasion de la projection du film « En roue libre » de Didier Barcelo au BRIFF, Mister Emma rencontre l’acteur Benjamin Voisin sur le rooftop de l’hôtel N.H. Collection, là même où, il y a 5-6 ans, il prenait son petit déjeuner lors de ses jours de tournage pour son premier film « The Happy Prince » de Rupert Everett. Depuis lors, il a notamment bouleversé les cœur dans « Été 85 » de François Ozon et il a a reçu cette année le César du meilleur espoir masculin pour sont rôle de Lucien de Rubempré dans le film « Illusions perdues » de Xavier Giannoli.

Emma le rencontre après une folle nuit bruxelloise dont il taira les détails. Il n’a ni écouté ni dansé sur du Véronique Sanson, il a des souvenirs de disco, d’Archiduc et du soleil qui se lève sur Bruxelles. Il rêverait voir le Manhattan bruxellois mais son emploi du temps est chargé, il enchaîne les interviews et demain, il doit être à Paris pour un plateau radio… pas vraiment le temps de s’attarder. Il me propose un verre d’eau, tente un cul sec avec son verre de blanc mais une guêpe vient contrecarrer ses plans. On parle d’architecture et du rap version Barbara.

Du haut de ses 25 ans, il a soif d’apprendre et est très honoré d’avoir pu jouer au côté de l’immense et talentueuse Marina Foïs, « au côté » pour ne pas dire « côte-à-côte » car le film de Didier Barcelo est un huit clos qui se déroule dans une voiture. Un premier film, il aime ça. Ça le sort de sa zone de confort dans laquelle il a déjà l’impression de s’être installé en tant qu’acteur. « En roue libre » est la comédie de l’été. Encore un bon choix pur sa filmographie déjà impressionnante.

Plus d’infos sur le film : critique

Affiche du film « En Roue Libre » de Didier Barcelo